Erevan 2800

Erevan, la capitale rose de l’Arménie

Fondée en 782 avant  J.-C. , Erevan est l’une des plus anciennes villes du monde. Cette année, plus de deux millénaires après sa fondation par le roi Argishti Ier, Erevan va souffler sa 2800 ème bougie. La ville a été bâtie sous le modèle d’une forteresse militaire et fondée sur les ruines d'Erebouni, ancienne cité ourartéenne. Erevan est souvent considéré comme la «ville rose» en raison de la couleur des pierres utilisées pour construire une grande partie du centre-ville. Étant la plus grande ville et à la fois centre économique et culturel de l’Arménie, Erevan est devenu la capitale de l’Arménie depuis 1918 .

Tout au long des années, la capitale s’est transformée en une destination touristique majeure grâce à ses nombreux monuments, sa vie nocturne, ses musées et ses galeries.

 

Top 10 des choses incontournables à faire à Erevan

 

1.Admirer le panorama d’Erevan du haut de la Cascade

Ce gigantesque escalier de pierre se trouve en plein centre-ville et constitue l'un de ses principaux monuments. Elle a huit niveaux, qui sont tous accessibles en grimpant la cage d'escalier, mais ceux qui préfèrent le confort peuvent prendre un ascenseur.

Le monument est composé à l'extérieur de jardins en terrasse, de fontaines et d'un large escalier de haut en bas. À l'intérieur, une série d'escalators et d'ascenseurs permet d'atteindre l'esplanade située à 78 mètres de haut et les salles d'expositions. La presque totalité de la surface est occupée par le centre d'art contemporain Cafesjian. Grâce à son mécène, Gerard Cafesjian, le Chat et La femme qui fume de Botero ou la Carpe de François-Xavier Lalanne et bien d’autres œuvres (dont celles de Joana Vasconcelos et Jaume Plensa) sont venus animer l’extérieur et l’intérieur du centre. Le «monument» devient peu à peu, à l'instar de la Place de la République, un lieu de spectacles, de concerts et de rassemblements.

2. Faire le tour de la ville à pied

La balade en ville est le meilleur moyen de s'immerger dans la culture, l'histoire et la cuisine d'Erevan. Le centre-ville est, en effet, un endroit idéal pour cela, car il abrite des sites impressionnants tels que la  Place de la République, le Musée d’histoire, la Galerie nationale, la Mosquée Bleue du XVIIIe siècle, témoin de la diversité culturelle de la capitale arménienne, l'Opéra d'Erevan, qui abrite d'une part la salle de concert Aram Khatchatourian et la salle de concert Aram Khatchatourian. 

Лe Matenadaran ou l'Institut des manuscrits anciens, est l'un des plus riches dépôts de manuscrits et de documents au monde. Faisant le tour de la ville à pied vous aurez également un aperçu du côté moderne d'Erevan, avec une architecture contemporaine, des cafés et des restaurants branchés se trouvant le long des ruelles et des rues principales.

3. Faire du lèche-vitrine dans l’Avenue du Nord

L'avenue du Nord est une artère piétonne reliant l'Opéra à la Place de la République. Elle abrite 11 bâtiments et 4 petites places. Il dispose également d'un centre commercial souterrain et d'un parking. Les boutiques les plus haut de gamme d'Erevan se trouvent le long de l'avenue piétonne, notamment Armani, Steve Madden, Desigual et Burberry. Il y a aussi plusieures chaînes de restauration rapide et de petits cafés qui sont parfaits pour faire une petite pause.

4. En savoir plus sur l'histoire de la ville

Le Musée d'Histoire d'Arménie abrite plus de 400 000 objets archéologiques, ethnographiques et numismatiques, des collections de documents, de photos et de peintures. Des fusils de l'homme primitif, des armes et des ustensiles, des bijoux et de l'artisanat depuis les temps anciens jusqu'à nos jours sont parmi eux. Tous les articles couvrent toute l'histoire des Arméniens au début des temps primitifs jusqu'à nos jours. Si vous avez envie de découvrir davantage sur l’histoire de la capitale, le musée Erebouni, ainsi que le Musée de la ville d'erevan sont les endroits parfaits.  Situé à proximité de la forteresse ourartéenne d'Erebouni, le premier présente les objets retrouvés lors des fouilles du site ainsi que de celles menées à la forteresse ourartéenne de Teishebani et sur le site de Chengavit.

5. Erevan en musique

Erevan a de nombreuses options pour les mélomanes. De la musique électronique à la musique classique, en passant par le jazz, le pop, le rock, le hip-hop, Erevan a de nombreuses options pour les mélomanes. De la musique électronique à la musique classique, en passant par le jazz, le pop, le rock, le hip-hop, le reggae, le folk, toutes les tendances musicales sont représentées à Erevan. Vous y trouverez des petits cafés-concerts aux grandes salles, tous les lieux pour écouter de la bonne musique et passer une soirée sympa.

6. Se rendre au Marché aux puces d'Erevan

Vernissage, Marché aux puces s'étend derrière la place de la République. Les Arméniens et les touristes viennent chaque week-end chercher pour quelques sous des samovars, couverts en argent, des bibelots de porcelaine et tableaux kitsch reproduisant le mont Ararat, des bijoux, des instruments de musique, de fameux jacquets arméniens, des souvenirs variés et d'autres trésors.

7. Partir à la découverte de la ville en bus 

 

La mairie d'Erevan a élaboré un programme de route appelé "Sentir la chaleur d'Erevan". L'objectif principal de ce programme est de familiariser les touristes et les invités de la ville avec les monuments historiques et culturels et les sites culturels. Le tour de la ville d’Erevan de deux heures vous donne la possibilité d'écouter des commentaires  sur l'histoire, la culture, l'architecture et les valeurs culturelles de la ville. Le tour est disponible six jours par semaine, le week-end y compris. 

 

8.Goûter le fameux  "cognac arménien"

Depuis deux siècles le "cognac arménien" accompagne les Arméniens dans les grands moments de leur quotidien. Winston Churchill était un amateur de ce noble breuvage qui contribue encore aujourd'hui au rayonnement international de l'Arménie. Si vous allez à Erevan, on vous demandera à coup sûr d’en rapporter du cognac arménien. Ne manquez pas l’occasion de faire le tour de l’usine historique de la Société des brandies d'Erevan, qui est l'entreprise principale en Arménie pour les boissons alcoolisées et de goûter les variétés de brandy pour conclure votre visite. Produit selon les méthodes en vigueur en France, cet alcool a un goût différent de celui élaboré dans l’Hexagone. Pourquoi ? Les hypothèses sont nombreuses. L’une d’elles invoque la nature très minérale du sol. On dit aussi que tout dépend des tonneaux, mais il est probable que l’un et l’autre jouent un rôle, ainsi que le microclimat particulier de la vallée d’où provient le raisin. Le cognac est ainsi devenu un sujet de fierté, mais pas une boisson nationale.

9.Régals de la cuisine arménienne

Même ceux qui ne se sont jamais rendus à Erevan ont entendu parler de la cuisine arménienne extrêmement savoureuse, qui reste fidèle à la tendance de s'appuyer sur la qualité et la fraîcheur du produit, et non sur un excès d'épices, pour flatter le palais. 

 

 

 

 

 

 

Résultat, les plats regorgent d'arômes issus des ingrédients, et non d'un assaisonnement accessoire. Le lavash (genre de pain traditionnel très fin), de dolmas (viande et riz farcis dans des feuilles de vignes, et pas n’importe lesquelles), de khorovats (barbecue), les poissons de l'eau douce, le yaourt local et les fromages. Il faut bien un cœur immense pour cuisiner tout cela. Ne regardez pas le diaporama des délices qu'offre l'Arménie à un estomac vide. On vous aura prévenu !

10. Megerian Carpet, musée et usine

Il faut remonter au VIIIe siècle où des documents attestent l'existence de l'art des tapis arméniens. Le groupe des tapis vichapagorgs est reconnu comme celui des plus anciens tapis qui nous soient parvenus. 

Vichap signifiant “dragon“, et gorg, “tapis“. Seuls quelques exemplaires sont actuellement conservés dans les musées de Berlin, Londres, Vienne, Budapest, d'Istanbul et du Caire. À Erevan, le Musée d'histoire d'Arménie, ainsi que le Musée ethnographique à Sardarapat, en possèdent également de magnifiques exemplaires. Curieux quant à la fabrication de tapis? L’usine de Megerian Carpet offre un aperçu de cet art local au travers une visite de ses ateliers et de son petit musée. Touchant, on y voit le tapis “Sevan“ de près de 160 ans, recousu. Une mère l’aurait découpé en deux parties pour les donner à ses filles lors de la déportation et du génocide des Arméniens en 1915. L’usine n’est pas dans le centre mais cette échappée permettra aussi de traverser d’autres quartiers donnant une autre image de la ville.

 

   Erevan 2800